Textile vintage : le meilleur d’antan maintenant

Parmi les phénomènes majeurs ayant secoué la mode et sa façon de l’envisager, la vendre ou la recycler, il en est un qui a pris une ampleur certaine ces dernières années, le vintage. On pourrait même parler de déferlante. Entre recyclage conceptualisé et business avisé, d’où vient cette obsession pour le textile old school ?

Vrai faux vieux

A une époque, les t-shirts grunge étaient très à la mode. Nous étions au début des années 90, Nirvana se produisait encore et le merchandising s’emballait comme jamais. Puis Kurt Cobain s’est suicidé, le rap à supplanté ce courant à guitares lourdes, et on a rangé les t-shirts Nirvana, Pearl Jam, Soundgarden et autres Rage Against The Machine dans les placards. A moins qu’on ne les ai jetés. Et dans ce dernier cas, c’est fort dommage ! En effet, une trentaine d’années plus tard, les t-shirts de cette époque, aujourd’hui considérée comme bénie, s’arrachent. Le prix d’un tee Nirvana estampillé 1992, qui plus est s’il a été acheté sur une tournée, ferait retourner l’anti corporate Cobain dans sa tombe. On parle là de pièces authentiques, qui ont franchies les décennies et traversées le temps. Mais qui dirait l’ami Kurt devant les t-shirts neufs arborant l’exacte pochette de Nevermind vendus 30 ans plus tard au sein de multinationales de la mode jetable ? Des fois, ceux-ci sont faussement usés pour tenter de se faire passer pour vintage, mais il suffit de tâter leur pauvre coton – polyester pour comprendre qu’ils ne dureront que le temps d’une saison. Les lois du marché sont ainsi faites : peu importe ce qu’on vend pourvu que l’on vende. En l’occurrence, le vintage étant à la mode, et le vrai vintage pouvant flirter avec l’inaccessible, autant vendre des tonnes de vrai faux vieux. On parle ici de Nirvana, de grunge et de ces magasins qu’on retrouve d’une grande ville à l’autre, mais ce n’est qu’un exemple variable. Ce qui ne varie pas, c’est cette obsession du vintage.

C’était mieux avant

Est vintage tout ce qui a 20 ans. Ainsi, en notre décennie 20, ce sont les productions des années 2000 qui le deviennent. Qui aurait songé un jour que ces habits-là pourraient avoir une cote ? Ils en ont une, certes beaucoup moins haute que celles des années dorées du textile vintage, courant des seventies aux fameuses 90s, mais tout de même, elle existe. C’est justement au tournant de l’an 2000 que cette révolution stylistique a eu lieu. Elle avait une existence auparavant, mais la démocratisation du web, et donc du e-commerce, a donné un puissant coup de fouet au mouvement. Cela a ouvert des tas de portes et donné des idées étonnantes. Soudain, des tenues incongrues sont apparues à nos yeux incrédules.

On savait par exemple les fans de métal soucieux d’afficher leurs groupes fétiches sur le torse, mais que penser d’une spectaculaire créature issue de la téléréalité arborant un t-shirt Slayer circa 1996 ? On évoque souvent une meilleure qualité de fabrication pour expliquer cet amour du vêtement daté. Et c’est vrai. Depuis peu, grâce aux nouvelles plateformes de mise en vente collective dédiées aux frusques, l’argument écologique, le caractère recyclable ou encore le rejet de la fast fashion sont mis en exergue. Et c’est juste. Pour beaucoup, acheter un bien ayant plus de 20 ou 30 ans les ramènent à un temps idéalisé, où toute aspérité a été gommée, où c’était tout simplement mieux avant. Et on peut le comprendre. Mais ce qui au fond plait tant dans le vintage, c’est le décalage visuel qu’il impose entre les codes d’antan et ceux de maintenant. Et ça, pouvoir se l’approprier et l’incarner via un simple bout de tissu, contemporain ou véritablement ancien, c’est sans doute un des véritables moteurs du vintage.

Plutôt qu’acheter du vrai faux vieux, autant opter pour du old school garanti en se rapprochant d’enseignes spécialisées. Vous pouvez dénicher du vintage à gogo sur la friperie en ligne Gabba Vintage : https://gabbavintage.com/ Le choix va toujours en s’élargissant, la livraison est rapide et il est possible de retourner le produit s’il ne correspond pas aux attentes. Un bon plan vintage, quoi…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *